Accueil   |   Actualité : Zones humides en danger : protégeons ces joyaux de biodiversité !

Zones humides en danger : protégeons ces joyaux de biodiversité !

Soutenez la LPO dans ses projets de création et de restauration de mares, milieux qui accueillent de nombreuses espèces en danger !

Les zones humides sont des éléments essentiels de notre écosystème. Véritables spots de biodiversité, elles accueillent un cortège d’espèces liées les unes aux autres : plantes aquatiques, insectes, mollusques, libellules, amphibiens, oiseaux, mammifères…

En soixante ans, on estime avoir perdu plus de 50% de la surface des zones humides en France : assèchement, pollution, remblais… Et la situation perdure encore aujourd’hui.

  • 100% des espèces d’amphibiens dépendent des zones humides.
  • 50% des espèces d’oiseaux dépendent des zones humides.
  • 30% des plantes protégées dépendent des zones humides.

C’est pourquoi la LPO a décidé d’agir en créant des mares et en restaurant des zones humides.

Un projet phare est aujourd’hui en cours : la remise en eau d’une zone humide de 17 hectares dans le Nord Isère, l’étang du Grand Albert, qui permettra d’accueillir des centaines d’espèces protégées.

Nous avons besoin de vous pour mener à bien ces projets !

FAIRE UN DON

Comment nous aider ?

Par votre don, vous permettrez à la LPO Auvergne-Rhône-Alpes de mener plusieurs projets :

  • Création d’une mare étanchée artificiellement (avec géotextile, EPDM, jute et coco) de 35 m² = 4000 € ; de 60 m² = 6350 €
  • Création d’une mare naturelle de 100 m² = 2900 €
  • Restauration d’une mare naturelle de 100 m² = 2050 €
  • Restauration de la digue du Grand Albert et installation de l’ouvrage de gestion des eaux =
    125 000 €
  • Aménagement d’une queue d’étang pour les odonates et création d’un îlot de tranquillité pour la faune = 12 000 €

Le coût total de la restauration de l’étang du Grand Albert s’élève à 350 000€ TTC, dont près de 80% sont dédiés aux travaux. Malgré la forte implication de nos partenaires, nous n’avons pas encore atteint la somme nécessaire, nous avons donc besoin de votre générosité : objectif 30 000 € !

Le nom de chaque donateur.trice sera inscrit à l’entrée du site du Grand Albert.

Vous serez également invité.e à l’inauguration de la fin du chantier du Grand Albert et recevrez régulièrement des informations sur l’avancée des travaux et des photos du chantier en cours.

Pensez-y ! En tant que donateur-trice particulier, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable ! Un reçu fiscal vous sera envoyé automatiquement après votre don.

FAIRE UN DON

Créer des mares en région Auvergne-Rhône-Alpes

Vidéo Crowdfunding_zones_humides_GA

Pour pallier la disparition des zones humides et reconnecter les “trames bleues” entre elles afin d’aider les espèces à se déplacer et à trouver refuge et nourriture, la LPO souhaite créer ou restaurer des mares sur tout le territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pas d’inquiétude concernant les moustiques ! Ces derniers ne se reproduisent que dans des petites zones d’eau inertes comme des pots, des bassins abrupts ou des flaques sans vie. La présence de végétation aquatique et de faune sauvage comme les amphibiens et les libellules dans la mare empêche naturellement la venue et la ponte des moustiques.

 

Un projet phare en Nord Isère :
remettre en eau le Grand Albert

Dans le Nord Isère, le massif des Bonnevaux abrite une biodiversité riche et exceptionnelle. La faune et la flore présentes profitent notamment d’une zone humide rarissime : l’étang du Petit Coquet (1 hectare). Juste à côté, on trouve l’étang du Grand Albert, qui s’est vidé il y a plus de dix ans suite à la rupture de sa digue. La LPO souhaite le remettre en eau pour y créer une zone humide patrimoniale de 17 hectares qui pourra accueillir des centaines d’espèces protégées.

L’étang du Grand Albert était le plus grand étang forestier de l’Isère (environ 17 hectares). Son voisin, l’étang du Petit Coquet, est connu comme étant l’un des plus riches du massif du point de vue des espèces qu’il accueille. En effet, c’est l’un des seuls étangs d’Auvergne-Rhône-Alpes où l’on retrouve trois espèces très rares et protégées de leucorrhines (espèces de libellules).
La flore du massif de Bonnevaux est riche de plusieurs espèces végétales rares et protégées : Litorella uniflora, Carex bohemica, Hydrocotyle vulgaris, Trapa natans…
La richesse faunistique des étangs de Bonnevaux est également exceptionnelle : 148 espèces patrimoniales sont présentes (amphibiens, reptiles, chiroptères, mammifères, odonates et oiseaux). Pour le groupe des odonates, on y recense 58 espèces soit près de 80 % des espèces observées en Isère et plus de 60 % des espèces présentes en France.

En 2008, la digue du Grand Albert s’est rompue, provoquant la vidange de l’étang. Les propriétaires ont dès lors souhaité effectuer des travaux pour restaurer la zone humide. Ils ont signé en septembre 2018 un contrat d’Obligation Réelle Environnementale (ORE) avec la LPO Auvergne-Rhône-Alpes qui a ainsi acquis la maîtrise d’usage du site pour 99 ans, garantissant la préservation et le respect du site.

Ces travaux, indispensables pour préserver la biodiversité présente, seront réalisés en plusieurs phases, la première et la plus coûteuse étant la réfection de la digue afin d’assurer ensuite la remise en eau de l’étang du Grand Albert et créer ainsi une zone humide patrimoniale de 17 hectares avec des centaines d’espèces protégées.
La suite des travaux concernera entre autres l’entretien du Petit Coquet pour le maintenir dans son état actuel optimal en termes de biodiversité.

Si le projet vous intéresse et que vous souhaitez agir de façon concrète pour la protection de la biodiversité, nous vous invitons à faire un don du montant de votre choix pour nous aider à protéger ces zones humides.

N’hésitez pas à partager massivement cet appel afin de donner plus de voix à ce projet exceptionnel !

Merci d’avance pour votre générosité !

FAIRE UN DON