Le Hérisson d’Europe

Le hérisson d’Europe a été identifié comme un modèle écologique pertinent pour aider à caractériser la trame verte à l’échelle urbaine et péri-urbaine, et notamment la fonctionnalité des corridors biologiques à l’échelle de cette espèce. L’objectif de l’étude par suivi GPS de 10 hérissons de la plaine de Valence-Romans-Chabeuil entre 2016 et 2020 a été de comprendre comment s’adapte le hérisson dans un contexte d’urbanisation croissante, et de fournir des clés pour une meilleure interprétation des déplacements de l’espèce dans les paysages urbains et péri-urbains.

Le hérisson est une espèce menacée

Le constat est alarmant :
– L’urbanisation croissante conduit à la déconnexion des habitats de vie des hérissons, et à l’isolement des individus qui ont de plus en plus de mal à trouver des partenaires pour se reproduire.
– Les routes sont sources de nombreuses collisions mortelles. Des études outre-manche montrent des résultats alarmants en 20 ans : Nous ne disposons pas de chiffres en France, mais outre-manche les chiffres sont alarmants : -30% de la population dans les zones urbaines et -50% dans les campagnes.
Et il n’y a pas de raison que la situation soit différente ou meilleure en France, si l’on prend l’exemple de la carte ci-dessous montrant une partie des recensements de hérissons victimes de collisions routières.

Les points blanc entourés de rouge représentent des données de hérissons victimes de collisions routières (M. Sarano)

Un animal parapluie aux exigences écologiques larges

Le hérisson est une espèce parapluie : protéger son environnement profitera également à une grande partie de la biodiversité de proximité.

L’étude de suivi par GPS montre que les hérissons de la plaine de Valence-Romans-Chabeuil sont de grands baroudeurs, tout comme l’ensemble des hérissons du territoire métropolitain. Pour se reproduire, se nourrir ou chercher un gîte, ils visitent jusqu’à 16 jardins par nuit et parcourent jusqu’à 4km par nuit pour les mâles (2,5km pour les femelles). Leur domaine vital s’étend sur 6 hectares pour les mâles (3ha pour les femelles). Ils privilégient les jardins avec de la pelouse ou de la prairie, avec des buissons et des haies. Ils évitent les routes et les piscines. Ils changent régulièrement de gîte diurne, sur 3 jours de suivi, certains hérissons ont dormi à deux endroits différents.

Exemple de gîte pour le hérisson Aguila

Aussi, le hérisson a besoin de corridors verts linéaires pour se déplacer en toute sécurité, comme les haies, les herbes hautes. L’interconnexion des jardins et des espaces verts, ainsi que des coulées vertes dans les villes, faciliteront ses déplacements. Un des moyens d’agir pour favoriser les hérissons en ville est de maintenir, développer et restaurer ces habitats.

Voir notre plaquette pour savoir comment aider le hérisson :

ainsi qu’une courte vidéo.

N’hésitez pas à diffuser à vos voisins, ou vos élus!

 

Ressources :

– Sauvegarder le hérisson

– Abri à hérisson