Accueil   |   Nos actions   |   Sauvegarder   |   Préservation des milieux et territoires   |   Les vallées de la Gervanne et de la Sye   |   En savoir plus sur les gîtes des chauves-souris et leurs terrains de chasse

En savoir plus sur les gîtes des chauves-souris et leurs terrains de chasse

Identifier et marquer les arbres-gîtes pour les chiroptères

Cette étude a pour objectif d’améliorer les connaissances sur les chauves-souris forestières présentes sur le territoire et notamment sur leurs gîtes arboricoles.

Les arbres-gîtes utilisés par les chauves-souris sont variés, chaque espèce ayant ses exigences. Le plus souvent, ce sont des arbres feuillus de gros diamètres qui sont utilisés. Le gîte est quant à lui soit une cavité (issue de trous de pics,…), soit une fente (décollement d’écorces, fissures dues au gel ou au vent…).

La méthode utilisée ici consiste à capturer des chauves-souris et à les équiper avec des microémetteurs afin de trouver les arbres-gîtes d’individus ou de colonies. Le marquage de ces arbres avec les propriétaires concernés et leur préservation sur le long terme permet alors d’assurer la pérennité des colonies de chauves-souris.

En 2012, 4 chauves-souris ont été équipées : un Murin de Daubenton,  un Murin de Natterer, une Barbastelle et un Murin de Bechstein. Des arbres-gîtes ont été trouvé dans la forêt de St-Pancrace : des écorces décollées et des fissures sur des chênes et des pins servaient en effet de gîte à la Barbastelle.

Un article présentant les résultats de l’étude ainsi que des conseils de gestion forestière pour la préservation des chauves-souris a été publié dans les bulletins municipaux. 

Améliorer les connaissances sur les gîtes et terrains de chasse des populations de chiroptères patrimoniaux

Les vallées de la Gervanne et de la Sye sont particulièrement accueillantes pour les chauves-souris.

Entre Provence et Vercors, les vallées de la Gervanne et de la Sye, situées entre 200 et 1581 mètres d’altitude, sont propices tant aux espèces méditerranéennes que montagnardes. En effet, les forêts diversifiées, les milieux agricoles extensifs, les cours d’eau et leurs ripisylves ainsi que le bâti traditionnel composent des paysages de qualité particulièrement accueillants pour une grande diversité de chauves-souris.

Sur les trente espèces recensées en Rhône-Alpes, ces vallées en comptent vingt-neuf, dont plusieurs à forte valeur patrimoniale ! Ce territoire est donc l’un des plus riches de la région et revêt ainsi un caractère particulièrement exceptionnel pour les chauves-souris.

Des suivis acoustiques sont réalisés dans le cadre du programme afin de préciser l’utilisation du territoire par les diverses espèces. De plus les différentes colonies connues sont inventoriées tous les ans afin de connaître leur évolution et les effectifs des populations présentes.

Des études par radiopistage sont aussi menées. Les chauves-souris sont capturées et équipées avec de petits émetteurs, ce qui permet de les suivre la nuit et de connaître précisément les lieux où elles se nourrissent. Puis, de jour, nous pouvons trouver les gîtes où elles se reposent et s’occupent de leur jeune.

L’ensemble des résultats de ces différentes études participe à leur préservation et meilleure prise en compte sur notre territoire.

Leur protection repose bien entendu sur la vulgarisation de ces connaissances qui sont présentées dans une plaquette sur les chauves-souris de la Gervanne et de la Sye (réalisée dans le cadre de ce programme).

Partager nos connaissances pour une meilleure prise en compte des chauves-souris sur ce territoire

Diverses animations telles que des « Nuits de la chauve-souris » sont proposées sur ce territoire. Une plaquette d’information sur les populations exceptionnelles de chauves-souris présentes sur ces vallées a été réalisée et est diffusée.