Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Sites, territoires et milieux   |   Inventaires de sites et territoires   |   LIFE « Défense Nature 2 mil » – camp militaire des Chambaran

LIFE « Défense Nature 2 mil » – camp militaire des Chambaran

Porté par le Conservatoire d’espaces naturels de Rhône-Alpes (CEN RA), ce projet européen LIFE concerne plusieurs sites militaires dans la région. Il est couplé à la démarche Natura 2000 sur le camp militaire des Chambarans et vise à faire émerger des mesures qui devront garantir la pérennité voire une meilleure qualité des habitats des espèces d’intérêt communautaire.

Le site des Chambaran est remarquable par la diversité de ses milieux présents et des espèces inféodées (forêt chênaies-charmaies, mégaphorbiaies, étangs et tourbières) .

Les LPO Isère, Drôme et coordination Rhône-Alpes ont été sollicitées pour conduire des inventaires d’espèces patrimoniales sur le site, dans le cadre d’un projet de 3 années.

La LPO Drôme a piloté l’étude sur les odonates et les chauves-souris qui mobilisaient nos trois associations et l’association Sympetrum (Observatoire des libellules en Rhône-Alpes et Dauphiné)

Côté odonates, le travail a eu pour finalité d’améliorer la connaissance du site et d’éviter la destruction d’espèces protégées lors de la réalisation de travaux sur les plans d’eau. L’état des lieux des connaissances avant les inventaires faisait mention de 41 espèces sur un secteur plus vaste que le camp. A l’issue de l’étude, 5 nouvelles espèces viennent rejoindre cette liste. 38 espèces ont été notées au total parmi lesquelles plusieurs espèces menacées à commencer par Leucorrhinia caudalis, Oxygastra curtisii  (annexes II et/ou IV de la directive « habitats, faune, flore ») ainsi que Epitheca bimaculata classée vulnérable sur les listes rouges nationale et régionale.

Côté chiroptères, nous avons analysé les sons récoltés sur 60 points d’enregistrement acoustique au cours de l’été, et décrit l’environnement de chacun de ces points (habitats forestiers). Résultat : près de 20 000 contacts pour 21 espèces ! Les espèces les plus remarquables ( espèces annexe II de la directive « habitats, faune, flore » : Grand et Petit rhinolophes (quelques contacts de ces 2 espèces, des individus rescapés d’une population relictuelle ?), Grand et Petit murins, Murin à oreilles échancrées, Murin de Bechstein (espèce “cible” de l’étude), Barbastelle (quelques contacts, l’espèce semble extrêmement rare dans ce secteur), aucun contact de minioptère. Tous les murins (sauf le Murin de Capaccini) sont présents ce qui est assez original, le Murin à moustaches domine suivi du Natterer.

En 2014 ont été mis en place des captures de chauves-souris pour équiper d’émetteurs les espèces arboricoles afin de localiser leurs colonies.