Accueil   |   Actualité : La chasse au tétras-lyre dans la Drôme

La chasse au tétras-lyre dans la Drôme

COMMUNIQUE DE PRESSE du 24 septembre 2021

 

La chasse au tétras-lyre est une aberration cynégétique dans la Drôme. En effet, il s’agit de l’une des espèces les plus menacées de disparition de nos montagnes. Son aire de répartition a fondu de plus de la moitié en trente ans. Autrefois bien présent dans les Baronnies et au sud de la rivière Drôme, le tétras n’y est maintenant que très relictuel, voire absent, dans de nombreux secteurs et il survit plutôt mal que bien dans le Haut-Diois, à Lus-la-Croix-Haute et dans le Vercors sud.

Et pourtant, quelques chasseurs et la fédération de chasse continuent à s’octroyer des coqs à tuer. En effet, ce sont les chasseurs qui font les comptages aux chiens, soi-disant pour suivre la reproduction, et qui se basent sur ces chiffres pour s’attribuer un plan de chasse. Ils sont donc juge et partie. Le préfet et le CDCFS (Commission Départementale de Chasse et Faune Sauvage, pourtant composé d’une écrasante majorité de chasseurs) n’ont même plus à approuver les quotas.

La chasse aux tétras-lyres a commencé ce dimanche 19 septembre, or, la LPO n’a eu connaissance du plan de chasse (après plusieurs rappels de demandes) que vendredi 17.

La LPO AuRA – Délégation Territoriale Drôme-Ardèche a voté samedi 18 septembre son opposition à la chasse de cette espèce, qui est en voie d’extinction dans la Drôme. En cela, elle est fidèle à ses principes de s’opposer à la chasse aux espèces en mauvais état de conservation. Or, l’Observatoire des Galliformes de Montagnes (OGM) reconnaît que l’espèce est en train de disparaître de la périphérie de son aire de répartition, donc de la Drôme.

Je sais que nos porteurs de fusils vont objecter qu’ils en tuent très peu, que cela ne concerne que peu de chasseurs, qu’ils ne tirent que les coqs, qu’ils sont respectueux du « gibier »… Il n’en reste pas moins que c’est une chasse effectuée avec des chiens qui perturbent toute la faune au moment où celle-ci doit faire des réserves de graisse pour l’hiver. Et que tuer, par plaisir, et uniquement par plaisir, une espèce qui se porte très mal, est un fait inacceptable.

La fédération des chasseurs de la Drôme montre là son vrai visage : chasser quoiqu’il en coûte.

Gilbert DAVID
Vice-président de la LPO AuRA Drôme-Ardèche