Accueil   |   Actualité : Compte rendu camp naturaliste de Miélandre

Compte rendu camp naturaliste de Miélandre

Les 7 et 8 mai dernier, nous nous sommes réunis au col de Blanc (Vesc) pour prospecter l’Espace naturel sensible de Miélandre afin de compléter les enjeux du site avant rédaction de son plan de gestion.

Au total, 17 personnes ont participé dans la bonne humeur à ce week-end de prospection et ont ainsi participé à parfaire la connaissance de cet ENS.

Ce week-end de prospection a permis de contacter 40 espèces d’oiseaux dont 33 potentiellement nicheuses (majoritairement des espèces forestières). Quelques espèces de milieux ouverts ont été observées au col de Blanc et sur les pelouses sommitales : alouette lulu, alouette des champs, bruant fou et tarier pâtre. Malgré la motivation de certains ornithologues le dimanche matin pour partir à l’assaut de la montagne aux aurores, le tétras-lyre n’a pas été contacté sur sa place de chant historique (dernière mention dans les années 2000). La présence d’un pouillot siffleur chanteur sur le même site le samedi et dimanche pourrait y indiquer une reproduction de l’espèce (hêtraie favorable).

Ce week-end de prospection a permis de contacter 40 espèces d’oiseaux dont 33 potentiellement nicheuses (majoritairement des espèces forestières). Quelques espèces de milieux ouverts ont été observées au col de Blanc et sur les pelouses sommitales : alouette lulu, alouette des champs, bruant fou et tarier pâtre.

Lors de la capture de chauves-souris menée par Thomas dans la nuit de samedi à dimanche, 8 individus se sont pris dans les filets pour un total de 5 espèces dont le murin de Bechstein (2 captures), espèce à forts enjeux de protection (Annexe II de la Directive européenne) et de conservation (Vulnérable sur la liste rouge de Rhône-Alpes). Cette espèce liées aux vieux milieux boisés pourrait utiliser des gîtes arboricoles dans les vieilles hêtraies du site. La pose d’enregistreurs à chauves-souris à permis de compléter la liste des espèces présentes avec un total de 18. Suite aux indications des propriétaires de la ferme du col de Blanc, nous avons pu contacter un petit rhinolophe dans une partie du bâtiment.

Du côté des plus gros mammifères, nous avons pu observer deux chamois au niveau de la montagne de Miélandre et du col de Blanc, des traces de blaireau, plusieurs lapins de Garenne proche de la ferme du col. Ses propriétaires de la ferme nous ont indiqué la présence régulière du loup, de la genette (crottier trouvé le samedi dans la combe sombre et récoltée pour analyse du régime alimentaire) et, plus étonnamment, d’un mâle de castor le 30 avril 2022. Cet individu a franchi le col de Blanc en direction de l’Est. Ce comportement connu dans la littérature est toujours étonnant à observer surtout que ce castor a potentiellement fait plus de 5 km sur la terre ferme entre la vallée du Lez et celle du Roubion.

Au niveau herpétologique, les prospections ont été peu fructueuses avec seulement deux reptiles observés (lézard à deux raies et lézard des murailles) et des larves de salamandre dans les rares ruisseaux en eau.

Au niveau entomologique, les résultats sont relativement décevants, probablement en lien avec un début de saison compliqué notamment pour les papillons à cause de tombées de neige tardives. Au total, 47 espèces ont été identifiées (5 coléoptères, 1 mante, 1 ascalaphe, 1 libellule, 3 orthoptères, 30 papillons de jour, 5 papillons de nuit et 1 punaise). Pour les papillons de jour, la présence d’espèces précoces recherchées préférentiellement est à noter : azuré du thym, grand collier argenté, moiré printanier. Malgré des recherches dans les milieux favorables, la proserpine n’a pas été contactée (présence de la plante hôte plus en aval dans la Combe Maret).

Merci à tous les participants ainsi qu’aux propriétaires de la ferme du col de Blanc pour leur accueil, le partage de leurs observations naturalistes et le prêt du gîte ! Et à bientôt pour de nouveaux week-ends de prospection !