Accueil   |   Nos actions   |   Connaître   |   Suivis/Observatoires   |   Oiseaux   |   Suivis de la migration au Col de la Bataille

Suivis de la migration au Col de la Bataille

Le Col de la Bataille se situe sur la commune de Bouvante ; il relie les communes de Léoncel et de Vassieux en Vercors. C’est l’un des rares points de passage pour accéder au sud du Vercors. C’est donc un lieu privilégié pour la migration des oiseaux mais aussi celle des chauves-souris.

Des suivis pour ces deux groupes ont donc été mis en place en 2012.

 

Chiroptères

Chauve-souris en vol © Y Peyrard

Chauve-souris en vol © Y Peyrard

 

Cette opération de suivi annuel de migration des chauves-souris a commencé en 2011 à la suite d’un inventaire Natura 2000 sur la vallée de la Gervanne.

La migration des chauves-souris est peu étudiée en Europe et donc encore largement méconnue à cette époque.

La configuration de ce site le rend très favorable à l’observation de la migration : l’axe nord-sud de la vallée de la Gervanne et de la Lyonne, l’altitude élevée et l’étroitesse du passage canalisent le flux des migrateurs qui transitent en bordure ou à travers le massif du Vercors.

Le suivi mis en place met en œuvre plusieurs techniques : la capture au filet et la détection acoustique. Plus de 100 mètres de filets sont installés lors des captures grâce à l’aide précieuse de plus d’une vingtaine de bénévoles.

Les résultats ont montrés que 28 espèces fréquentent le col de la Bataille dont quatre réputées migratrices, ce qui fait de ce site un lieu d’exception pour les chauves-souris. L’activité est très intense et concerne parfois plusieurs centaines d’individus.

En 2013, plusieurs nuits ont permis de capturer plus de 25-30 individus, un chiffre là aussi tout à fait remarquable. Trois espèces rares n’avaient jusque-là jamais été rencontrées, ni par acoustique, ni par capture : le Murin à moustaches, la Sérotine bicolore et l’Oreillard montagnard.

L’engouement au sein du réseau de bénévoles est important et des visiteurs d’autres régions se déplacent pour y  participer activement. Nous pensons donc poursuivre le suivi dans les années à venir avec notamment de l’animation destinée à sensibiliser le grand public à l’étonnante biologie de ces mammifères et à leur indispensable protection.

 

Oiseaux

 

Roitelet à triple bandeau © R Métais

Roitelet à triple bandeau © R Métais

A partir de 2012, un suivi de migration post-nuptial (août-octobre) a été mis en place au Col de la Bataille par le groupe jeunes de la LPO Drôme. Les suivis ont mis en évidence l’importance de ce site en France avec des effectifs importants pour la migration d’espèces forestières et montagnardes : Mésanges noires, Becs croisés des sapins, Venturons montagnards, Tichodromes échelettes, Roitelets à triple bandeau…

La saison 2014 a été riche puisque ce sont 193 541 oiseaux pour 90 espèces qui sont passés au col, le classant comme site d’importance pour la migration des oiseaux en Drôme, et a réservé de  de belles surprises aux migratologues : un guêpier, des courlis cendrés, des oies cendrées, après un épisode pluvieux, et des pluviers guignards dans le sens inverse de la migration !
De plus, cette saison a été marquée par une forte participation regroupant près de cent-cinquante heures de suivis bénévoles (contre cinquante en 2013), et aussi par l’apparition du site sur le site internet migraction.net, ce qui le rend visible par un plus grand nombre de personnes.

Des observations nocturnes (surtout à l’écoute, mais aussi dans des filets) ont été également réalisées, en partie grâce à la capture de chiroptères réalisée sur le col, d’où l’observation de bihoreaux gris (plusieurs observations, pas uniquement sur le col) et hérons cendrés, mais aussi de nombreux limicoles (chevaliers guignette et cul-blanc), d’engoulevents et aussi de nombreux petits migrateurs nocturnes.

Pour les années précédentes, après une année 2012 qui avait permis de confirmer tout l’intérêt du site par une présence plus forte sur le terrain, 2013 a vu les quelques mordus passer 61 heures environ au col et comptabiliser 65 721 oiseaux migrateurs appartenant à 72 espèces. A retenir : l’exceptionnel passage d’hirondelles de fenêtre pendant six jours, fin septembre : plusieurs matinées où plus de 8 000 individus ont défilé sous les yeux des observateurs… Les captures nocturnes des chauves-souris démontrent aussi que le col est bien fréquenté en pleine nuit ! Enfin, les oiseaux ne sont pas les seuls à franchir le col puisque le 25/09/13, ce sont 2 400 papillons qui ont été notés, pour la grande majorité des Piérides du chou.

En conclusion, le site est d’une grande importance pour la Drôme et mérite d’être encore mieux suivi dans les années à venir, car il a encore bien des secrets à nous dévoiler !